Rupture à l'amiable dans la fonction publique

Pour participer au forum :

Identifiez-vous
1 post / 0 new
Dernière réponse
Fourchette
5 points
Rupture à l'amiable dans la fonction publique

Bonjour,

Je suis salarié  en CDI dans la fonction publique dans le secteur de l'animation. Depuis 6 mois l'ambiance de travail m'est insupportable. Un membre de ma famille est mon supérieur hiérarchique (indirecte) et depuis quelques temps vie privée et personnelle se confondent. Certains collègues sont au courant de détails de ma vie privée alors que je n'en ai jamais parlé. De plus la direction (supérieure directe) utilise son autorité abusivement.

A la rentrée j'ai donc décidé de reprendre une formation à distance. Afin de gérer ma formation et mon emploi, j'ai demandé un 80% dans le but d’avoir plus de temps libre. Celui ci a été accepté et les horaires me convenaient. Cependant il y a 2 semaines, sans même me consulter, il y a eu une modification de mon emploi du temps (à l’initiative du membre de ma famille) et je ne dispose plus que d'une après midi.

Cependant il me semble que le droit du travail n'est pas respecté :
- On me fait déplacer un matin pour 45 min de travail (le durée minimum n'est elle pas de 2h pour des horaires discontinus?)
- J'ai plus de 140 heures supplémentaires. Cependant ces dernières ne sont pas majorées (n'y a t'il pas une majoration de 20% jusque 70h, et de 100% au delà?)
- Une collègue fait une journée de 11h avec seulement 15 minutes de pause dans sa journée (le maximum n'est il pas de 10h avec 45 minutes de pauses?)
(Pouvez-vous répondre à ces 3 questions svp)

Même si celà se vérifie, je ne souhaite pas engagé de démarche. Ce que je souhaite c'est partir, voilà 6 mois que j'encaisse mais là je n'en peux plus.
J'ai donc pris RDV avec le maire et j'ai émis l'éventualité d'une rupture conventionnelle. Le maire a été compréhensif, et a vu dans quel état psychologique j’étais. Il m’a dit de me mettre en arrêt le temps de trouver une solution et de se renseigner. Malheureusement il m'a appris par la suite qu'une rupture conventionnelle est impossible dans la fonction publique.

Je pensais soumettre l’idée de l’abandon de poste. Mais ce serait un licenciement pour faute grave. Une faute grave dans la fonction publique entraîne il me semble, l’impossibilité de travailler dans la fonction publique définitivement, et n’ouvre pas le droit au versement d’allocations chômage.

Ma question principale est : n’y a-t-il pas une possibilité de s’arranger à l’amiable (sachant que le maire est d’accord) afin que je puisse tout de même bénéficier des allocations chômage ? (ex: faire un avenant à mon contrat pour passer en CDD de courte durée qui me premettrait de percevoir des allocations à la fin de ce dernier)

Merci d'avance pour vos réponses.